Nerf cubital
DéfinitionLa compression du nerf cubital au coude fait partie des syndromes canalaires du membre supérieur. Il s’agit d’une compression du nerf cubital sur son trajet.
Ce nerf cubital présente, au cours de son trajet, plusieurs sites possibles de compression, mais le site le plus fréquemment retrouvé se situe au niveau du coude.
Ce nerf peut être comprimé sur plusieurs sites et c’est le diagnostic clinique qui le confirme.
Nerf cubital

Etiologie

Cette compression peut avoir plusieurs origines :

  • lésion osseuse post-traumatique avec une déviation externe du coude,
  • arthrose … 
  • présence de corps étrangers comme dans certaines maladies comme l’ostéochondromatose ou la synovite dans les poly-arthrites rhumatoïdes 
  • présence d’un muscle surnuméraire.

Le plus souvent, il n’existe aucune lésion osseuse ou aucun corps intracanalaire, raison pour laquelle cette lésion est étiquetée idiopathique c’est-à-dire sans cause connue et identifiable.
Le siège le plus fréquemment retrouvé de la compression est une petite arcade fibreuse au niveau d’un muscle de l’avant-bras qui s’appelle le muscle cubital antérieur.

 

Diagnostic clinique

Il existe des formes paresthésiques pures à savoir des fourmillements au niveau des deux derniers doigts de la main c’est-à-dire l’annulaire et l’auriculaire qui peuvent être intermittentes ou permanentes.
Il existe également des formes avec une diminution des forces de la main et une certaine maladresse notamment dans la pince pouce-index.
Il existe également des formes avec déficit sensitivomoteur ; sensitif sur les deux derniers doigts, surtout le 5ème doigt ; et moteur avec une amyotrophie des petits muscles interosseux de la main et l’apparition d’une déformation en griffe des deux derniers doigts.
Les examens complémentaires doivent comporter une radiographie du coude pour déceler un éventuel problème osseux, mais c’est surtout un examen électromyographique qui est fondamental. Cet examen va permettre, d’abord, de confirmer le diagnostic, de donner une idée sur le siège de la compression et sur la gravité de l’atteinte.

 

Le traitement

Le traitement médical comporte des infiltrations aux Corticoïdes, avec parfois des immobilisations du coude. Ce traitement peut être efficace dans certaines formes de compression.
Le traitement chirurgical comporte une libération du nerf par une incision sur la face interne du coude. Cette intervention aura pour but de libérer le nerf sur tout son trajet sur le bord interne du coude et libérer, notamment, les petites arcades que l’on peut trouver et qui sont à l’origine de la compression. Il existe également, différentes techniques chirurgicales supplémentaires. Notamment une transposition du nerf de son trajet ou une plastie de la saillie osseuse que l’on appelle l’épitrochlée. Ces gestes auront pour but de stabiliser le nerf dans le cas où il présente un problème de luxation de sa logette.
Certains chirurgiens préfèrent immobiliser le coude en postopératoire. Les soins par des séances de kinésithérapie ne sont pas indispensables, mais peuvent être utiles.

 

Complications

L’infection est rare. Les lésions du nerf sont exceptionnelles. Le délai de récupération dépend du degré de compression et surtout de son ancienneté.
Le syndrome neuro-algodystrophique peut exister comme pour tout geste au niveau du membre supérieur